9 mois ferme, d’Albert Dupontel

*** Le divertissement selon Dupontel : ++ si affinités 

bouh!

bouh!

Dupontel le Vilain, un des rares acteurs français à transporter partout avec lui un univers très identitaire, doux mélange d’absurde, de gags et de gore, signe avec 9 mois ferme une comédie burlesque dont l’ironie décapante dissimule mal une douceur inattendue chez l’interprète de Bernie.

Parce que Dupontel, il a beau être très très méchant, il n’en a pas moins un coeur gros comme ça. Enfin… Disons que le jour où ce cambrioleur de compèt, dit Bob Nolan, se retrouve accusé d’avoir découpé un pauvre vieux et de lui avoir gobé les yeux, il n’a plus qu’une seule personne vers qui se tourner : Ariane, Sandrine Kiberlain en juge impitoyable, dont la seule erreur au compteur est d’être tombée enceinte… de lui. Tiré par les cheveux le pitch? Oui, et c’est ça qui est bon.

9-mois-ferme_reference9 mois ferme n’est certes pas un film d’une portée artistique et conceptuelle estampillée Télérama, dont certains doivent avoir détesté le film, mais c’est pour une fois un film qui 1)fait rire, 2)réjouit,  3)imagine, 4) s’amuse, 5)n’ennuie pas une seule seconde, 6)met de bonne humeur, 7)ne donne pas envie de se précipiter chez le psy, 8)ne se prend pas au sérieux tout en étant sincère, bref, un ramassis d’activités affreusement triviales mais non moins appréciables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>