Dragons 2, de Dean DeBlois

*  *  *  Paye ton coup de flamme dans la figure 

C’est l’été, on va voir des dessins animés !

Pardon, des films d’animation.

Kikou, le beau gosse de l'histoire, c'est moi !

Kikou, le beau gosse de l’histoire, c’est moi !

Il ne vous aura pas échappé que le  » 2  » fait référence à un premier volet que je n’ai malheureusement pas vu. Mais soyez rassurés, cela ne vous empêche en rien de comprendre et d’apprécier le film (et ce sera pareil pour le suivant). Parce que bon, tout de même, c’est marqué « à partir de 6 ans ».

Et donc cette nouvelle saga animée est adaptée d’un roman à succès intitulé « how to train your dragon », et réalisée par un réalisateur canadien au nom assez stylé, Dean DeBlois, pour le compte de DreamWorks qui frappe fort une fois encore.

Ca, c'est mon papa

Ca, c’est mon papa

Vous l’aurez deviné, il y a du dragon volant là-dedans. Pleins, même. De toutes les couleurs et de toutes les formes. Beurk (oui, quand même) est un village de gentils vikings accroché sur des falaises qui surplombent l’océan. Autrefois en guerre, les hommes et les dragons vivent aujourd’hui en bonne entente grâce aux exploits du jeune Harold, 20 ans, fils du chef Stoïque. Le héros, donc. Harold est accompagné de la douce et impertinente Astrid dans ses explorations, qui cette fois-ci vont prendre un tour plus dramatique et spectaculaire que prévu face à un abominable méchant qui ressemble à s’y méprendre au pauvre Gérard Darmon. Voilà le topo.

la récré, c'est toute la journée à Beurk

la récré, c’est toute la journée à Beurk

Niveau animation, rien à dire, les vols planés et autres pirouettes à dos de dragon ficheraient le vertige aux amateurs de Gravity. Le scénario, lui, colle sagement aux codes du genre, le déroulé de l’histoire n’a absolument rien de renversant, mais c’est le mélange formé par l’image et le rythme qui fait monter la mayonnaise. L’humour, omniprésent, passe bien plutôt par les gags visuels que par les dialogues, parfois essoufflés. Quant à ce peuple d’amputés (faute aux ex-méchants dragons) rigolards aux moustaches expansives, il fallait

Gérard Darmon prend cher

Gérard Darmon prend cher

oser. Et c’est tant mieux. Dragons 2 vous plonge droit dans un monde attachant et émouvant (vous allez y aller de votre petite larme, autant vous prévenir) qui vous permet de vivre par procuration votre fantasme de chevaucher un dragon et de lui chatouiller le ventre en l’appelant « bout de chou » ou « dur à cuire ».

C’est que ça peut être mignon, un dragon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>