D’une vie à l’autre, de Georg Maas

* *  Superbe téléfilm, ou film mitigé : thriller post-guerre froide, faites vos jeux

Comme me l’a dit le caissier du cinéma à qui je demandais en achetant mon ticket ce qu’il pensait du film, « je n’ai pas d’avis. »

Etrange façon de parler d’un film, et pourtant, en sortant D’une vie à l’autre, on hésite réellement.

on était heureux quand même

on était heureux quand même

Pour, le réel intérêt historique de l’histoire racontée, la beauté des paysages, et celle des acteurs. La légende sur la beauté des femmes nordiques risque d’en reprendre pour 20 ans. Contre, une mise en scène parfois lourdingue un peu trop portée sur le flash-back, et un scénario qui agit contre lui-même, et finit par faire perdre au film l’épaisseur qu’il promettait d’avoir. Sans vouloir gâcher l’intrigue, il faut pourtant reconnaître que celle-ci souffre d’un tendance à sur-dramatiser, à trop vouloir expliciter les choses, alors qu’un mystère plus entier, une plus grande liberté d’imaginer laissée au spectateur, aurait fait beaucoup de bien au film.

Ca fait mal, la vérité

Ca fait mal, la vérité

Celui-ci revient sur le destin d’une norvégienne, Katerine (Juliane Khöler), née pendant la Seconde Guerre Mondiale d’une mère norvégienne et d’un père allemand. Ces enfants étaient à l’époque enlevés à leur mère par les nazis, qui les élevèrent dans des orphelinats spéciaux. A la libération, certains d’entre-eux furent retournés par la Stasi. En 1990, alors qu’un avocat envoyé par la Cour européenne vient questionner Katerine, son passé revient la tourmenter, ainsi que sa mère Ase (Liv Ullmann), son mari Bjarte (Sven Nordin) et sa fille Anne (Julia Bache-Wiig).

Qualifié par ses distributeurs de « mélange réussi entre Borgen et La vie des autres« , D’une vie à l’autre ne possède ni la justesse du premier, ni l’épaisseur dramatique du second. Malgré tout, on passe un bon moment, intéressant, esthétique, regrettant simplement de ne pas être plus confortablement sur son canapé devant cet excellent téléfilm d’Arte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>