Ilo Ilo, de Anthony Chen

***     Singapour mon amour : pétage de plombs familial 

Ilo IloQue tous ceux qui rêvent de Singapour comme d’un nouvel Eldorado asiatique, pavé de salaires mirobolants et de carafes de mojitos les pieds bien au chaud dans leurs tongs, se détrompent. A travers ce petit conte familial et social apparemment sans prétention, Anthony Chen, Caméra d’Or au Festival de Cannes 2013, touche du doigt avec poésie un grand nombre des blocages qui gangrènent la société singapourienne et le monde occidentalisé dans son ensemble.

Les parents de Jiale, dépassés par leurs propres ennuis et la turbulence de leur fils, décident d’engager une bonne à tout faire, la Philippine Teresa. Catapultée dans un microcosme familial composé d’une mère enceinte et aigrie jusqu’aux dents, et d’un père mollasson en slip et savates, Teresa, dite Terry, apprend à ses dépens les revers d’une société qui a oublié les valeurs de partage et d’humanité pour se focaliser sur celles de la réussite sociale. La gentille esclave et le diablotin hyper actif vont finir par faire bloc contre l’aveuglement des « adultes », qui sombrent pour l’une dans les bras d’un gourou, pour l’autre dans le tabagisme et la lâcheté suintante (en slip, toujours).

La grande force de ce film, tout simplement, est de faire passer des messages et des émotions fortes sans en avoir l’air, d’en dire bien plus qu’il n’y paraît, doucement. Et malgré une première partie un peu poussive qui fait craindre le pire au spectateur coincé au milieu d’une rangée bondée, Ilo Ilo finit par charmer en dénonçant sans juger, et en filmant sans mater.

Ilo Ilo

kikoo!!!

N’oublions pas pour finir de remercier Ilo Ilo pour nous avoir rappelé le bon souvenir du Tamagotchi et de ses poussins électroniques, remplacés depuis par les lol cats et autres animaleries électroniques. Kui kui.

Une réflexion au sujet de « Ilo Ilo, de Anthony Chen »

  1. Très beau film. Assez dur et cruel sans être d’une grande brutalité.
    Le fait que les ennuis s’enchaînent est assez déprimant surtout quand l’amitié entre le petit garçon et la nounou est gâché mais il y a une réelle beauté des personnages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>