La vie domestique, d’Isabelle Czajka

** Ménage, machisme et zone pavillonnaire 

emmanuelle-devos-et-helena-noguerra-dans-la-vie-domestique-e

moi? je ne m’ennuie jamais!

Il fallait oser un titre pareil, surtout lorsque l’on découvre qu’il décrit parfaitement le contenu du film. La vie domestique, c’est celle de Juliette (Emmanuelle Devos), femme de proviseur (Laurent Poitrenaux) et mère de deux enfants, habitant dans une jolie maison de zone pavillonnaire aisée du fin fond de l’Ile de France. Ancienne professeur lorgnant vers le monde de l’édition, Juliette tente désespérément de retrouver un travail pour ne pas finir par ressembler à toutes ces femmes au foyer qui l’entourent. Elle s’occupe tout de même d’une classe d’initiation à la littérature pour jeunes filles en difficulté, « c’est bien ça, ça vous occupe« , l’assassine froidement sous couvert de politesse un collègue de son mari.

Autour de Juliette gravite une bande de jeunes mères oisives et égocentriques (Julie Ferrier, Natacha Régnier, Héléna Noguerra), de jolies coquilles vides qui prennent le café en ragotant. La vie domestique quoi.

cinéma-La-Vie-domestique-affiche-11636Spectacle grinçant, parfois amusant, du lent étouffement d’une femme qui lutte pour ne pas tomber dans le piège de la dépendance domestique et de la soumission, La vie domestique touche au coeur du sujet, finissant cependant par déprimer les spectatrices, et ennuyer les spectateurs, qui n’y discerneront certainement pas toute la véracité banale. Paradoxalement, il est donc possible que le film plaise davantage au public masculin : si oeuvre d’éducation et de dénonciation il y avait, c’est raté.

Une réflexion au sujet de « La vie domestique, d’Isabelle Czajka »

  1. moi je te trouve dure, je trouve ce film extrêmement bien joué et terriblement juste. Les spectatrices déprimées sont bien celles qui se reconnaissent dans cette volonté de ne surtout jamais tomber dans ce rôle classé de « second rang » à la maison par les mecs fiers de leur petit pouvoir de directeur-qui-gagne-des-sous.
    Enfin moi perso, j’espère ne jamais partir en banlieue pavillonnaire sans avoir un taf très prenant loin de tout ça.. héhé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>