Pas son genre, de Lucas Belvaux

* Pas son genre, et pas le nôtre non plus

Rencontre du 3e type

Rencontre du 3e type

Mais qu’est-il donc arrivé à Lucas Belvaux? Le réalisateur belge, auteur du très bon 38 témoins, nous sort ce coup-ci un Bienvenue Chez les Ch’tis à la sauce Anna Gavalda. L’histoire d’amour impossible entre Clément (Loïc Corbery), un professeur de philosophie parisien habitué de Saint-Germain-des-Prés et Jennifer (Emilie Dequenne), coiffeuse à Arras, jeune mère célibataire fan de karaoké.

Le pitch, seul, fait froid dans le dos. Pourtant, la bande-annonce laissait présager d’une adaptation drôlatique et plus sensible que ce que cet amas de cliché pouvait anticiper. Malheureusement, même un réalisateur de talent a du mal à se dépêtrer d’un tel matériel de départ.

"je t'aime mon chaton"

« je t’aime mon chaton »

Entre les mines évaporées et faussement introspectives de Clément, dont le personnage, immuable, ne convainc pas un seul instant; et la joie de vivre caricaturée, même si bien plus nuancée et digne d’intérêt, de Jennifer, difficile de s’accrocher. La pauvre Emilie Dequenne, pourtant excellente, a bien du mal à trouver de quoi sauver son personnage. Quant à Arras, et bien, qu’en dire, si ce n’est qu’apparemment il n’y pleut jamais.

La fin du film, enfin, inébranlable, met un fantastique point d’orgue à cette histoire sans chair et sans squelette : elle s’évanouit, tout simplement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>